Résultats pour l'auteur CORTEN, André


enregistrement(s)


Haïti: un mouvement social sans allocutaire , Annales des pays d'Amérique centrale et des Caraïbes, n° 8, 1989, p. 1-20
Auteur(s) : CORTEN, André
Mots-clefs : Haïti - Politique et gouvernement
Afficher/Masquer la localisation de cet article


Une classe ouvrière caribéenne, Archipelago : revue de la Caraïbe = revista del Caribe = review if the Caribbean, n° 1, 01-03-1982, p. 17-35
Auteur(s) : CORTEN, André
Mots-clefs : Caraïbe, Lutte des classes, Mouvements ouvriers
Résumé : Le prolétariat caribéen diffère de celui des sociétés industrielles et post-industrielles puisque l'espace insulaire n'a pas pu, ni su, développer des industries importantes. De plus, dépolitisée et sans infrastructures organisées (syndicats, partis), le développement classique d'un mouvement ouvrier n'a pu voir le jour.
Afficher/Masquer la localisation de cet article


Procesos de proletarización de mujeres. Las trabajadoras de industrias de ensamblaje en la República Dominicana, Archipelago : revue de la Caraïbe = revista del Caribe = review if the Caribbean, n° 2, 01-11-1982, p. 9-43
Auteur(s) : CORTEN, André - DUARTE, Isis
Mots-clefs : Femmes, Industrie et commerce, République Dominicaine (Île)
Résumé : À partir de 1971, à l'instar d'autres pays de la Caraïbe, s'ouvrent en République Dominicaine, trois zones franches : deux dans la région sucrière de l'est, la troisième dans la seconde ville du pays, Santiago. Elles emploient surtout des femmes occupées à trier du tabac, à confectionner des vêtements et, dans une plus faible mesure, à assembler des pièces électroniques. On peut ranger ces femmes en trois catégories : chefs de famille, vivant maritalement, vivant dans leur famille d'origine. Les premières parviennent à peine à assurer la subsistance alimentaire de leur famille, les deux autres ne participent que pour la moitié d'entre elles aux dépenses alimentaires. Cela semble désigner deux types de prolétarisation. Le premier concerne des femmes d'origine agricole et un mari prolétaire urbain, plus fréquent à Santiago. Le second touche des femmes urbaines ayant souvent pères et conjoints ouvriers qui travaillent dans l'est et l'industrie sucrière. Mais toutes ces femmes sont soumises à la même discipline de fabrique : cadence de travail élevée, oppression continuelle dans et hors de l'usine.
Afficher/Masquer la localisation de cet article
Haut de page

w3c xhtml w3c css ccpca admin