Résultat(s) pour le mot-clef Église catholique


enregistrement(s)


Dans le sillage de la marine de guerre, pouvoir et église en Guadeloupe (1940-1943), Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 103, 01-01-1995, p. 40-64
Auteur(s) : CHATHUANT, Dominique
Mots-clefs : Guerre mondiale (1939-1945), Église catholique, Marines de guerre, Guadeloupe, Colonialisme (idée politique)
Afficher/Masquer la localisation de cet article


L'Église catholique en Guadeloupe après l'abolition de l'esclavage : une société sous tutelle cléricale ? (1848-1870), Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 112 à 113, 01-04-1997, p. 55-109
Auteur(s) : THIBAULT-BOURREL, Agnès
Mots-clefs : Église catholique, Guadeloupe, Esclavage, Abolition
Afficher/Masquer la localisation de cet article


De l’opposition à l’intégration : les évolutions de l’Église et de la Révolution cubaines au prisme de la visite de Benoît XVI, Etudes caribéennes, n° 22, 01-08-2012, p. -
Auteur(s) : LAGARDE, Victor - CALMETTES, Xavier
Mots-clefs : Politique et gouvernement, Cuba, Eglise catholique
Afficher/Masquer la localisation de cet article


L'Eglise catholique face à la Révolution française, Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 140, 2005, p. 11-14
Auteur(s) : FABRE, R.P. Camille
Mots-clefs : Eglise catholique, Persécutions, Guadeloupe, France, (1789-1799) Révolution
Afficher/Masquer la localisation de cet article


Monseigneur Forcarde (1816-1885). Deuxième évêque de la Guadeloupe (1853-1861), Bulletin de la Société d'histoire de la Guadeloupe, n° 174, 01-05-2016, p. 73-100
Auteur(s) : MARBOT, Abbé Edmond
Mots-clefs : Forcade, Théodore-Augustin (1816-1885), Église catholique, Guadeloupe
Afficher/Masquer la localisation de cet article


L'Église et les Noirs au Pérou (XVIè et XVIIè sicèles), Revue du CERC (Centre d'études et de recherches caraïbéennes), n° 5, 1988, p. 104-130
Auteur(s) : TARDIEU, Jean-Pierre
Mots-clefs : Confréries religieuses, Église catholique, Esclavage, Pérou
Résumé : L'attitude de l'Église catholique face aux esclaves fut profondément conditionnée par la conception de l'esclavage qui se détache des Écritures et des écrits patristiques. Avec la découverte des Indes occidentales, l'esclavage des Noirs s'intensifia, alors que l'on avait déjà cherché à le justifier par des fins religieuses. Les réserves de la papauté, lorsqu'elles apparurent, n'eurent aucune influence. Au Pérou, le clergé et les ordres religieux devinrent en fait les plus importants propriétaires d'esclaves. Les Jésuites appuyèrent leur politique sur l'exploitation de la main d'œuvre noire, sans oublier toutefois qu'ils avaient affaire à des êtres humains. La société coloniale, devant l'abondance d'esclaves, exigea de l'Église qu'elle intensifia son contrôle religieux. Les Jésuites furent le de lance de la pastorale des Noirs. Cependant, ces derniers surent tirer profit de structures comme les confréries qui jouèrent un rôle primordial dans l'apparition de l'afro-péruvien. L'Église néanmoins dépassa la mission de status-quo de l'esclavage pour protester contre les conditions de vies des Noirs. Ses efforts paraissent pourtant dérisoires dans la mesure où elle ne dénonça jamais le recours à une casuistique justifiant l'institution esclavagiste.
Afficher/Masquer la localisation de cet article
Haut de page

w3c xhtml w3c css ccpca admin